Les pétitions

URGENT !

Octobre 2009

pétition de soutien aux grévistes de la faim

****

La première pétition

janvier 2009

LES HABITANTS

DU 76 RUE GABRIEL PERI

EN LUTTE POUR LEURS DROITS

A ETRE REGULARISES,

A AVOIR UN LOGEMENT DECENT

la pétition à télécharger en PDF

Envoyez un mail pour signer la pétition

« Nous sommes une quarantaine de familles, environ 150 personnes. Depuis 2000, nous habitons à Saint-Denis dans un immeuble très vétuste et sans eau. Le propriétaire n’a jamais fait aucun travaux ni entretien. A cause de l’insalubrité de l’immeuble, une trentaine d’enfants sont aujourd’hui sévèrement atteints de saturnisme.

Afin de pouvoir soigner nos enfants et les éloigner des dangers, nous nous mobilisons pour obtenir des logements décents et une régularisation des titres de séjours. Nous avons le soutien de nombreuses associations et des citoyens de Saint- Denis : en moins d’une semaine, plus de 1600 personnes ont signé notre pétition.

Le 21 novembre, près de 300 personnes ont accompagné la délégation des habitants et de leurs soutiens pour une rencontre avec le sous-préfet et les services concernés (DDASS, DDE, etc.). Lors de cette réunion, le sous-préfet et les services ont promis des travaux d’urgence, dits « palliatifs », dans l’immeuble. C’est une avancée : l’Etat reconnaît enfin (implicitement) sa responsabilité, alors que les premiers enfants atteints du saturnisme ont été dépistés en 2004, et que les dépistages effectués actuellement donnent des résultats dramatiques.

Mais le problème reste entier et les réponses – techniques – n’ont pas été à la hauteur des enjeux.

Le saturnisme est une maladie grave et irréversible qui touche, à des degrés divers, TOUS nos enfants ; l’immeuble représente un danger pour TOUS ses habitants, adultes et enfants : asthmes, maladies de peau, risques d’incendie. Les services publics nous demandent de rester dans l’immeuble, sans proposer ni envisager une solution globale de sortie pour tous.

Nous ne voulons pas « tenir les murs » de cet habitat insalubre et dangereux, nous avons peur pour nos enfants, et nous aspirons à vivre, comme tout le monde, dans des logements décents.

Pour traiter durablement les enfants contre une intoxication et une imprégnation parfois irréversible, il faut régulariser les parents qui sont sans titre de séjour. La préfecture a les moyens de cela. Nous demandons son engagement. Pour protéger les enfants, il faut des logements décents pour tous. De courts hébergements à l’hôtel ne peuvent pas être la solution.

Nous exigeons donc toujours une solution globale, négociée avec les pouvoirs publics, et actée dans un protocole d’accord signé par toutes les parties concernées.

Nous envisageons par ailleurs de nous constituer partie civile pour les préjudices qu’ont subis nos enfants.

Les habitants du 76.

Les premiers signataires du Comité de soutien « Le 76 » sont :

Le collectif des habitants du 76, l’Association des familles victimes du saturnisme, le Réseau Solidarité logement, le DAL, Sud Education, le SNUIPP de Saint-Denis, la coordination 93 des Sans-papiers, Le collectif unitaire antilibéral de Saint-denis, le PCF, la LCR, le NPA … Tiken Jah Fakoly et Layone (artistes), Patrick Braouezec (député), Jean Brafman (conseiller régional), Bally Bagayoko (vice-psdt du Conseil Général), Madjid Messaouedene (conseiller municipal), Michel Ribay, Corinne Angelini, Alain Krivine, Jean-Marc Bourquin, Rahim Rezigat (APCV), Julien Dioudonnat, Virginie Poujol, Nathalie Bertrand, Benoit Roblin, Rodolphe Ciulla, Jean-Claude Cluzel, Yves Laverne, Sonia Casagrande, Françoise Roblin, Frédérique Védié, Alain Sergio, Nathalie Saupin, Rachid Khitmene, Françoise Carayon, Olivier Toni, Florence Brunel, Jean-Pierre Watrelot Françoise Grinon, Olga StanislawskaSaskia Cousin et bien d’autres…

Publicités

3 réponses à “Les pétitions

  1. Claude Calame, Directeur d'études, EHESS

    La régularisation est le moyen le plus simple et le plus digne pour permettre aux habitant-es du 76 Rue Gabriel Péri et à leurs enfants d’échapper aux dangers qu’ils courent en étant contraints d’habiter un immeuble vétuste, sans la moindre garantie sanitaire. La régularisation doit être immédiate, pour toutes et pour tous.

  2. Claude Calame, Directeur d'études, EHESS

    La régularisation est le moyen le plus simple et le plus digne pour permettre aux habitant-es du 76 Rue Gabriel Péri d’échapper à des conditions sanitaires dangeureses et de bénéficier d’un logement décent. Pour obtenir ce droit de l’homme fondamental, la régularisation doit être immédiate, pour toutes et pour tous.

  3. Béjean Annick

    Ce petit arpent de terre qu’on appelle la France appartient à ceux qui veulent y vivre. Il faut être parano pour penser qu’il n’appartient qu’aux Français, qu’on ne sait pas par quel mérite ils le sont.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s